Campagne pour les droits territoriaux des peuples autochtones

L’EXTRACTIVISME ET SES ENJEUX POUR LES PEUPLES AUTOCHTONES

Depuis l’époque de la colonisation, de nombreux pays, dont le Canada, entretiennent une économie reposant sur l’exploitation et l’extraction massive des ressources naturelles en territoires autochtones. De plus, dans la foulée de l’urgence climatique, des collectivités se mobilisent pour une transition énergétique. Ainsi, des projets extractivistes « verts », dont la construction de barrages hydroélectriques et de centrales éoliennes ou solaires, sont de plus en plus encouragés, et ce souvent sans égards aux droits territoriaux autochtones.

Les projets extractivistes représentent une grave menace pour plusieurs peuples autochtones à travers le monde. Leurs modes de vie, leurs traditions et leurs activités de subsistance, tel que la chasse, la pêche ou la cueillette, se retrouvent bouleversés par ces projets qui entraînent des transformations irréversibles de leurs territoires. Pour de nombreuses personnes autochtones, qui entretiennent un rapport particulier à la terre, la dévastation de leur environnement peut également entraîner de la détresse. D’ailleurs les territoires ancestraux autochtones, qui ne couvrent que 22% de la planète, abritent pourtant 80% de la biodiversité planétaire, faisant des peuples autochtones des protecteurs essentiels pour les écosystèmes et les ressources naturelles.

La législation canadienne ainsi que la majorité des législations nationales dans le monde ne reconnaissent pas le droit au consentement des peuples autochtones; ces derniers se voient ainsi contraints de subir les impacts de ces projets extractifs sur leurs territoires traditionnels même s’ils ne sont pas en accord. De plus, loin d’être considérés comme des agents actifs de développement par les compagnies extractives, les Autochtones, en particulier les femmes, sont plus souvent qu’autrement exclus des bénéfices financiers des projets et sont rarement engagés par les compagnies.

 

CAMPAGNE POUR LA RECONNAISSANCE DU DROIT AU CONSENTEMENT PRÉALABLE, LIBRE ET ÉCLAIRÉ DES PEUPLES AUTOCHTONES

À la lumière de cette situation et des revendications territoriales actuelles des peuples autochtones, comme les Wet’suwet’en et les Algonquins du lac Barrière, force est de constater que les droits autochtones peuvent et doivent être mieux défendus.

C’est dans cet esprit que le Centre international de solidarité ouvrière (CISO) lance une campagne en support à la promotion et la défense des droits territoriaux des peuples autochtones. Cette campagne vise à faire connaître l’étendue des violations des droits autochtones liées à l’extractivisme, en particulier au Canada et en Amérique latine, et à entamer une réflexion quant à la pertinence stratégique du principe de consentement préalable, libre et éclairé (CPLE). Ce principe fait référence au droit des peuples autochtones de participer activement aux décisions qui auront des impacts sur leurs terres et leurs territoires; il se retrouve dans deux instruments internationaux, soit la Convention 169 relative aux peuples indigènes et tribaux de l’Organisation internationale du travail (OIT) et la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

  • Si la Déclaration des Nations unies a été ratifiée par le Canada, celle-ci n’est toujours pas appliquée dans la législation nationale. De plus, la Convention 169, adoptée en 1989 par l’OIT, n’a toujours pas été ratifiée par le Canada.

 

ACTIONS PRÉVUES ET COMMENT POUVEZ-VOUS APPUYER LA CAMPAGNE

  • Faire circuler les informations de la campagne du CISO;
  • S’informer quant aux luttes autochtones actuelles au Canada et au Québec ainsi que dans le reste du monde;
  • Appuyer la diffusion de nos outils d’éducation afin de faire connaître l’étendue des violations des droits territoriaux autochtone et le principe stratégique du CPLE.
  • Présenter des plaidoyers auprès du gouvernement canadien pour demander l’application de la Déclaration des Nations unies sur les droits autochtones au Canada et la ratification de la Convention C-169 relative aux peuples indigènes et tribaux.

 

COMMUNICATIONS

Pour nous faire part de votre intérêt à appuyer cette campagne ou pour plus d’informations, écrivez-nous à l’adresse:

ciso@ciso.qc.ca

 

 

OUTILS D’ÉDUCATION

 

FICHES

 

Fiche 1 : Le consentement préalable, libre et éclairé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fiche 2 : Femmes autochtones face à l’extractivisme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fiche 3 – Les projets extractivistes au Canada et au Québec : un enjeu pour les peuples autochtones

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fiche 4 – La résistance autochtone pour le territoire en Amérique latine